Des entreprises zimbabwéennes signent des accords d'une valeur de plus de 188 millions de dollars avec Afreximbank à l'IATF2021

Publié le par Rédaction

La Banque Africaine d'Import-Export (Afreximbank) a signé des accords de financement avec quatre entités zimbabwéennes pour un total de 188 600 000 USD. Les accords, conclus lors de la deuxième foire commerciale intra-africaine (IATF2021) qui se déroule actuellement à Durban, ont été conclus mardi et mercredi. Le salon a ouvert ses portes le 15 novembre à Durban et se poursuivra jusqu'au 21 novembre.

Mercredi, Afreximbank a signé avec la Zimbabwe Electricity Transmission & Distribution Company (ZETDC) une facilité de prêt syndiqué à terme de 110,4 millions de dollars. Les fonds aideront la ZETDC à améliorer la collecte des recettes grâce aux compteurs intelligents et aux compteurs prépayés et ainsi à rembourser les comptes des créanciers régionaux.

En outre, Afreximbank a fourni à la Central African Building Society une facilité de 40 millions de dollars US pour soutenir sa participation à une facilité syndiquée visant à améliorer l'approvisionnement en électricité au Zimbabwe par le paiement de la dette héritée et l'importation de compteurs prépayés.

La troisième transaction, qui est une facilité à double tranche de 28,2 millions de dollars US, a été convenue avec la CBZ Bank pour fournir des devises étrangères au Zimbabwe dont le Zimbabwe a grand besoin. L'opération contribuera également à financer l'importation de matières premières pour des industries clés, créant ainsi des emplois et, dans certains cas, facilitant la diversification des exportations.

ZB Bank a également signé un term sheet de 10 millions de dollars US qui lui permettra de participer en tant que l'un des prêteurs syndiqués à une facilité pour le secteur de l'énergie au Zimbabwe. En fournissant un financement adéquat pour les infrastructures de production et de transmission d'électricité, l'installation aidera les entreprises des secteurs minier, manufacturier et industriel du Zimbabwe à augmenter leur capacité, contribuant ainsi aux exportations et au PIB, avec un effet d'entraînement sur les niveaux d'emploi et la génération de devises.

 

Afreximbank signe un protocole d'accord avec l'African Risk Capacity Group pour renforcer la résilience et les initiatives de financement des risques de catastrophe.

 

Durban, 19 novembre 2021. La Banque africaine d'import-export (Afreximbank) et le groupe African Risk Capacity (ARC) ont signé un protocole d'accord pour renforcer conjointement les initiatives de financement de la résilience et des risques de catastrophe qui ont également un impact sur le commerce et la chaîne d'approvisionnement à travers le continent.

L'objectif de ce protocole d'accord est de permettre aux États membres conjoints d'améliorer les initiatives de réponse aux catastrophes et de résilience en utilisant les produits bancaires et d'assurance disponibles adaptés aux défis localisés.

L'intervention principale du protocole d'accord consiste à fournir un mécanisme de financement pour les urgences alimentaires (FECONTRAF) aux pays membres conjoints qui participent au programme de transfert souverain/macro-risque de catastrophe d'African Risk Capacity, au renforcement des capacités nationales et à l'élaboration de politiques de sécurité alimentaire.

 

Le professeur Benedict Oramah, président d'Afreximbank, a déclaré :

« Ce nouveau partenariat avec l'African Risk Capacity Group garantira que nous aidons les pays membres à être conscients des catastrophes, préparés et orientés vers les solutions. En collaboration avec l'ARC, nous visons à améliorer la capacité à mieux planifier et répondre aux catastrophes naturelles et causées par l'homme qui peuvent entraver la facilitation des échanges à travers le continent et à fournir le soutien nécessaire pour lutter contre les catastrophes lorsqu'elles surviennent.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies (ASG) et directeur général du Groupe des capacités africaines de gestion des risques (ARC), M. Ibrahima Cheikh Diong, a déclaré :

« L'alignement des objectifs entre nos deux institutions pour une Afrique en sécurité alimentaire et résiliente au changement climatique est fondamental pour ce partenariat. En fournissant des solutions globales, nous réduirons les impacts négatifs des catastrophes naturelles sur les vies et les moyens de subsistance. Par conséquent, notre collaboration contribuera à renforcer les systèmes de réponse des pays en favorisant la disponibilité, l'accessibilité et l'abordabilité des ressources essentielles pour l'action climatique anticipée. »

Commenter cet article