Le secteur privé Ivoirien invité à profiter des avantages de la participation à la Foire commerciale intra-africaine 2021

Publié le par Rédaction

Le secteur privé Ivoirien invité à profiter des avantages de la participation à la Foire commerciale intra-africaine 2021

Les organisateurs de la Foire commerciale intra-africaine (IATF2021) ont rencontré les membres du secteur privé Ivoirien le 27 septembre pour les sensibiliser et les encourager à participer au plus grand évènement sur le commerce et l’investissement en Afrique. Organisée par la Banque africaine d'import-export (Afreximbank) en collaboration avec l'Union africaine (UA) et le Secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), l'IATF2021 se tiendra à Durban dans la province du KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud, du 15 au 21 novembre 2021.

Dans son allocution d'ouverture, le Dr George Elombi, vice-président exécutif d’Afreximbank en charge de la Gouvernance et des services juridiques, a déclaré : « La Côte d'Ivoire est la troisième économie de la CEDEAO et la plus grande économie de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) contribuant à environ 32% du PIB de l'UEMOA. Afreximbank se propose d'aider la Côte d'Ivoire à surmonter les obstacles à l'industrialisation en répondant aux besoins en infrastructures et en facilitant la production d'exportations et de services à valeur ajoutée par le développement de l'agroalimentaire, de l'industrie légère et des secteurs de services commercialisables, tout en veillant à ce que les biens et services produits soient commercialisés.  Au cours des cinq dernières années, la Banque a décaissé plus de 3,1 milliards de dollars US en faveur d'entités ivoiriennes (publiques et privées) et nous avons près de 1,4 milliard de dollars de transactions en cours de réalisation dans les secteurs clés de l'économie ivoirienne. »

M. Guy M'Bengue, Directeur Général de l'Agence de Promotion des exportations de Côte d'Ivoire (APEX-CI), Président du Réseau UEMOA OPC & Ambassadeur de l’IATF2021, a pour sa part, indiqué : « Sous ma direction, l’APEX-CI a été à l'origine de deux initiatives en vue de tirer parti de la ZLECAf, la création de deux Conseils d'entreprises, le Réseau UEMOA (ROPC-UEMOA) et le Réseau CEDEAO (ROPC-CEDEAO) ». Parmi les objectifs figuraient : 1. La mise en commun des ressources au niveau régional de l'UEMOA et de la CEDEAO pour démarrer et bénéficier de la ZLECAf ; 2. Promouvoir les chaînes de valeur régionales ; 3. La mise en place d'une infrastructure dédiée de réseaux de contacts ; 4. Le renforcement du commerce intra- et extra-régional ; et 5. Le renforcement de la culture de l'exportation, notamment au niveau des PME et des jeunes.

Dans son discours liminaire, SE Souleymane Diarrassouba, Ministre du Commerce et de l'Industrie de la Côte d'Ivoire a déclaré : « La Côte d'Ivoire veut aller plus loin dans sa politique de diversification et accroître le commerce extérieur à travers la mise en œuvre de son Plan National de Développement 2021-2025 s’élevant à 59 000 milliards de FCFA, l'accélération de la transformation structurelle de l'économie à travers l'industrialisation et le développement (i) de l'agroalimentaire ; (ii) les produits chimiques et plastiques ; (iii) les matériaux de construction, le mobilier et l'équipement ; (iv) l'industrie pharmaceutique ; (v) l'industrie textile ; (vi) l'emballage ; et (vii) le montage et l'assemblage de véhicules ».

M. Jean-Louis Ekra, Vice-Président du Conseil consultatif de l'IATF2021 et ancien Président et Président du Conseil d'administration d'Afreximbank, a déclaré : « Nous savons tous que le commerce intra-africain est très faible, vu qu'il ne représente qu'environ 15 % du commerce africain total. Cela signifie que nous commerçons à 85 % avec des étrangers plutôt qu'avec nos voisins. La principale raison pour laquelle le commerce intra-africain est faible est l’accès limité aux informations commerciales et de marché. En conséquence, la Foire commerciale intra-africaine est l'un des moyens pratiques de combler l'asymétrie d'information entre le commerce et le marché. Nous devons également utiliser le vaste marché créé par le ZLECAf pour intensifier l'industrialisation et la création de valeur ajoutée et nous éloigner de la dépendance excessive à l'égard des exportations de produits de base ».  

La tournée de présentation de IATF2021 à Abidjan comprenait également une table ronde sous le thème : « Construire un meilleur avenir post-Covid-19 :  Promouvoir le commerce et l'investissement Côte d'Ivoire - Afrique dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) ». Les personnalités suivantes ont pris part à cette activité : Mme Fatoumata Fofana, Secrétaire exécutive du Comité national de la ZLECAf de Côte d'Ivoire, M. Alain-Thierry Mbongue, Directeur régional des opérations (Afrique occidentale et centrale francophone) pour Afreximbank, M. Prudence Sebahizi, conseiller technique en chef, Secrétariat de la ZLECAf ; M. Andoh Mensah, Directeur de l’Industrialisation, du Commerce et du Climat d'investissement à la Banque africaine de développement, M. Faman Touré, Président de la Chambre de commerce et d'industrie de Côte d'Ivoire et M. Gerard Amangoua, Vice-Président de la Chambre de commerce de Côte d'Ivoire, Directeur général adjoint de l'Agence de promotion des exportations de Côte d'Ivoire (APEX-CI) et responsable du programme pilote « Comment exporter avec la ZLECAf » de l'ITC / Afreximbank en Côte d'Ivoire. 

Le discours de clôture de la tournée de présentation a été prononcé par Mme Alinah Mailula, 1er Secrétaire politique à l’Ambassade d'Afrique du Sud en Côte d'Ivoire, qui a déclaré : « L’objectif de l’Afrique d’atteindre un développement durable nous impose de ne plus compter sur ceux qui sont en dehors du continent pour parler en notre nom. La ZLECAf a créé la plus grande zone de libre-échange au monde, avec un potentiel de 2,1 milliards de dollars. Elle représente une réelle opportunité d'accélérer le développement des infrastructures de transport, de stimuler le commerce en reliant les corridors économiques et de créer des emplois. Nous avons fait de réels progrès vers la paix, nous devons donc tirer pleinement profit de de l'IATF 2021. L'Afrique est plus que jamais ouverte aux opportunités d'affaires ».
 

Commenter cet article