UEMOA : Les dispositions prises par le gouverneur Tiémoko Meyliet  lors des premiers chocs de la pandémie

Publié le par Kamagaté Issouf

UEMOA : Les dispositions prises par le gouverneur Tiémoko Meyliet  lors des premiers chocs de la pandémie

Quelques mois après l’avènement de la Covid 19, les marchés boursiers se sont effondrés. Les répercussions se sont accélérées sur certaines économies. Dans l’Uemoa, les perspectives de croissances sont passées de 6% à moins de 1%.

Face à ce choc, « nous avons réagi, comme tous les gouverneurs, dès le début de la crise par l’analyse et l’accompagnement des mesures prises par les autorités publics au plan sanitaire », raconte, lors du sommet virtuel de l'industrie financière en Afrique, le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao), Tiémoko Meyliet. Qui s’est fixé pour objectif de maintenir les conditions monétaires appropriées afin de permettre au systéme financier de demeurer stable et de jouer son rôle dans l’économie.

Concernant la mobilisation des ressources, « certaines analyses prédisaient qu’il était difficile voire impossible pour certains pays africains, compte tenu des difficultés, de mobiliser des ressources sur les marchés internationaux pour financer la relance. Les fortes incertitudes créées par la crise sanitaire sur les perspectives mondiales ont fait craindre que les investisseurs, qui aspiraient en mobiliser  leurs capitaux vers les économies avancées, exigent par conséquent des primes de risques plus importants  pour les pays émergents et en développement », explique le gouverneur de la banque de réserve de l’Uemoa.

En réalité la crise a démontré une autre facette de résilience des économies de L’Union économique et monétaire ouest africaine. D’autant plus que les premiers résultats des emprunts souverains des   de l’union ont mis en évidence le soutien des marchés internationaux aux pays africains. Des rapports de confiance renforcés par l’abondance des liquidités et les perspectives économiques plus favorables que prévues. « Ce sont certainement des approches qui ont motivé les investisseurs à revenir sur les marchés africains en prenant l’exemple du Bénin et de la Côte d’Ivoire qui ont récemment mobilisés des ressources par des émissions d’Euro obligations à des taux relativement important », a poursuivi le gouverneur de la Bceao.

Pour Tiémoko Meyliet, les plans de relance élaborés par les Etats de l’Union afin de retrouver les capitaux et surtout les taux croissances d’avant crise, augure de bonnes perspectives. D’autant plus que ceux-ci prévoient mobilise des ressources auprès des partenaires techniques et financiers mais aussi sur les marchés internationaux et les marchés régionaux. Ajoutant l’apport de la Bceao, par le biais de  son entité Umoa Titres,  qui viendra en aide aux Etats dans la levée des ressources à travers les émissions de titres publics par adjudication et aussi dans l’appui aux trésors nationaux pour structurer les obligations, au titre de la relance, avec de maturité plus longue et tenant compte des stratégie d’endettement des Etats.

issouf;kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article