Baromètre Africaleads : les États-Unis, l’Allemagne et le Canada sont les pays qui ont la meilleure image auprès des leaders d’opinion africains

Publié le par Rédaction

Baromètre Africaleads : les États-Unis, l’Allemagne et le Canada sont les pays qui ont la meilleure image auprès des leaders d’opinion africains

Les résultats du troisième « Baromètre CIAN des leaders d’opinion en Afrique » (AFRICALEADS) ont été rendus publics le 18 mars à l’occasion de la première séquence du Forum Afrique 2021, organisé par le Conseil français des investisseurs en Afrique en partenariat avec le journal l’Opinion. Dans un contexte marqué par l’incertitude liée à la crise du Covid-19, les États anglo-saxons et l’Allemagne sont les pays étrangers qui ont la meilleure image auprès des leaders d’opinion africains, alors que la France est distancée à la septième place du classement, talonnée par la Turquie.

Réalisée dans douze pays, francophones, anglophones et arabophones par l’institut IMMAR, cette étude annuelle est la première à cibler spécifiquement les leaders d’opinion dans toute leur diversité. Les grandes tendances mises en évidence dans les précédentes éditions du baromètre se confirment et s’amplifient en 2020-2021. En dépit de la crise du Covid-19, qui a fait entrer l’économie du continent en récession pour la première fois depuis un quart de siècle, les leaders d’opinion africains demeurent optimistes. 55% sont confiants pour l’avenir de l’Afrique au cours des cinq années à venir. 71% estiment que le continent, qui a fait preuve d’une résilience inattendue face à la crise, a les moyens de mieux résister que les autres régions du monde sur le plan sanitaire.

Le numérique (cité par 72% des répondants) et les transports (54%) sont les domaines qui ont le plus progressé aux yeux des leaders d’opinion africains. À l’inverse, l’éducation, la santé et la sécurité constituent des motifs de préoccupation. La sécurité est citée par 59% des répondants comme le défi majeur pour le continent, suivie par l’éducation-formation, 47%. La dégradation des conditions d’enseignement liée à la pandémie explique en partie cette inquiétude. 

Les leaders d’opinion africains restent globalement satisfaits des institutions panafricaines, puisqu’ils sont 66% à avoir une bonne image de l’Union africaine, et 79% une image positive de la Banque africaine de développement. L’Afrique du Sud est le pays africain qui jouit de la meilleure image, pour 40% des répondants, suivie par un trio formé du Maroc, du Rwanda et du Ghana (23%). Ces deux derniers pays bénéficient de leur image de dynamisme économique et de bonne gouvernance. L’Égypte, qui  a été l’économie africaine la plus résiliente au Covid, complète le podium. Si le trio de tête était le même l’an passé, le Maroc émargeait à un score plus élevé (29%). 

Concernant l’image des pays partenaires de l’Afrique, les tendances perceptibles au cours des années précédentes se vérifient. Les pays anglo-saxons et l’Allemagne dominent le classement, alors que les nations asiatiques, qui occupaient la 2ème place (Chine) et la 4ème place (Japon) en 2018-2019, décrochent. Les États-Unis se hissent à la première place, avec 43% de citations, suivis par l’Allemagne (37%) et le Canada (34%) ; la Grande-Bretagne est quatrième (28%), devant la Chine (22%, en baisse de 9 points) et le Japon (19%). La France, qui était cinquième du baromètre 2018-2019 avec 21% et sixième du baromètre 2019-2020 avec 20%, rétrograde désormais à la septième place avec 19% de citations. Elle est talonnée par la Turquie (15%). 

« Il y a plusieurs enseignements à tirer de ce classement, observe Mohamed El Kalchi, directeur des études d’IMMAR R&C. On note que les États-Unis et la Grande-Bretagne n’ont été que peu ou pas pénalisés par leur gestion chaotique de la crise Covid. Ces pays bénéficient d’un capital d’image très fort (softpower). À l’inverse, la Chine est en recul continu depuis deux ans. La Turquie ou les pays du Golfe bénéficient d’une image de dynamisme économique et sont perçus comme entreprenants dans leur relation avec l’Afrique. La France, en revanche, plafonne. »  

Ce déficit d’image français se reflète aussi dans le classement des partenaires les plus bénéfiques du continent. Avec 57%, la France n’émarge plus qu’en neuvième position, à égalité avec l’Inde et le Qatar. Elle est devancée par les Émirats Arabes Unis (60%), la Turquie (66%) ainsi que par ses compétiteurs traditionnels. Ce classement de l’impact bénéfique est dominé par la Chine (76%), suivie par les États-Unis (74%). 

« L’image et l’appréciation portée sur l’impact du partenariat français avec l’Afrique reculent d’année en année, alerte Étienne Giros, président délégué du CIAN, ce constat doit nous interpeller. La France est pourtant un des tout premiers investisseurs en Afrique, ses liens, politiques, économiques et humains avec le continent sont extrêmement denses, et les diasporas africaines de France peuvent d’ailleurs jouer un rôle de premier plan. L’érosion continue de l’image de la France souligne la difficulté à renouveler efficacement le récit de notre relation avec l’Afrique. »   

Commenter cet article