La Banque africaine de développement exclut, pour 36 mois, l’entreprise Global Interjapan (Kenya) Limited pour pratiques frauduleuses

Publié le par Rédaction

La Banque africaine de développement exclut, pour 36 mois, l’entreprise Global Interjapan (Kenya) Limited pour pratiques frauduleuses

Le groupe de la Banque africaine de développement  a annoncé, le 16 février 2021, l’exclusion pour 36 mois de Global Interjapan (Kenya) Limited avec effet au 24 aout 2020. Global Interjapan (Kenya) Limited est une société de génie civil enregistrée au Kenya.

​Une enquête menée par le Bureau de l'intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque a révélé que l’entreprise Global Interjapan (Kenya) Limited s’était livrée à des pratiques frauduleuses lors d’un appel d’offres du Projet d’irrigation à petite échelle et de valeur ajoutée cofinancé par la Banque au Kenya.

L'exclusion rend Global Interjapan (Kenya) Limited et ses affiliés inéligibles à participer à des projets financés par le Groupe de la Banque pendant la période d'exclusion. En outre, l'exclusion peut faire l'objet d'une exclusion croisée par d'autres banques multilatérales de développement en vertu de l'Accord pour l'exécution mutuelle des décisions d'exclusion, notamment la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque interaméricaine de développement et le Groupe de la Banque mondiale.

À l'expiration de cette période d'exclusion, Global Interjapan (Kenya) Limited pourrait à nouveau être éligible à participer aux projets financés par le Groupe de la Banque sous réserve de la mise en œuvre d’un programme de conformité à l’intégrité qui soit conforme aux directives de la Banque.

Le projet d’irrigation à petite échelle et de valeur ajoutée visait à réduire la pauvreté en améliorant la productivité agricole, les revenus et la sécurité alimentaire des habitants de 11 comtés au Kenya et a été cofinancé par la Banque africaine de développement, une entité du Groupe de la Banque africaine de développement.

Commenter cet article