Garantir la pérennité de l'hygiène des mains après la réponse à la COVID-19

Publié le par Rédaction

Garantir la pérennité de l'hygiène des mains après la réponse à la COVID-19

 En commémoration de la Journée mondiale du lavage des mains (JMLM) 2020, un accent particulier doit être mis sur l'amélioration des pratiques d'hygiène des mains tout en veillant à ce que l'eau potable et les services d'assainissement soient disponibles et accessibles à tous. Cette année, la journée est placée sous un thème qui s'inscrit dans le cadre de la nouvelle initiative « Hygiène des mains pour tous » conduite par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).
 
Le lavage des mains reste l'un des moyens les plus économiques, les plus accessibles et les plus efficaces pour éviter la propagation du coronavirus. Toutefois, selon les Nations unies, 75 % de la population d'Afrique subsaharienne (soit 767 millions de personnes) ne dispose pas d'installations élémentaires pour se laver les mains.
 
À ce jour, selon le rapport de référence de la Déclaration de Ngor du Conseil des Ministres Africains Chargés de l'Eau (AMCOW) publié en 2019, seuls 14 pays africains ont déclaré avoir avancé à l'égard du premier engagement de Ngor, celui de : se tourner vers les personnes les plus pauvres, les plus marginalisées, dont les besoins sont les moins satisfaits et éliminer progressivement les inégalités relatives à l'accès et à l'utilisation des moyens d'hygiène et d'assainissement. Seulement, il n'y a qu'un seul pays à avoir entièrement financé des plans d'assainissement et d'hygiène à l'échelle infranationale.
 
« Aujourd'hui, alors que sévit la pandémie de coronavirus, il est temps de réfléchir à l'efficacité de nos politiques, stratégies et plans en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène ainsi qu'à l'efficacité de nos mécanismes de prestation de services afin de prendre la résolution d'accroître les investissements dans le secteur pour garantir à toute personne, l'accès à de l'eau potable et à des services d'assainissement et d'hygiène sans risques. Nous ne devons oublier personne », a déclaré Dr. Canisius Kanangire, secrétaire exécutif de l'AMCOW.
L'AMCOW s'attache à améliorer la priorité accordée au secteur de l'eau et l'assainissement en Afrique. Le Conseil coordonne actuellement l'élaboration des Lignes directrices pour les politiques d'assainissement en Afrique (ASPG) qui fourniront les orientations nécessaires permettant aux pays d'élaborer des politiques d'eau, d'assainissement et d'hygiène (EAH ou WASH en anglais) à même de servir de bases suffisantes afin d'améliorer l'accès à l'eau, à l'assainissement et aux services d'hygiène pour tous et, par conséquent, de permettre aux systèmes de santé de renforcer la résilience de l'Afrique face aux pandémies telles que celle de la COVID-19.
 
Il ne peut y avoir de santé pour tous sans accès à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène pour tous. Les gouvernements africains et les donateurs doivent augmenter de manière significative et de toute urgence les ressources financières allouées au secteur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène et veiller à ce que des politiques et des stratégies qui changent la donne soient élaborées et mises en œuvre et que des mesures destinées aux personnes les plus marginalisées et les plus vulnérables soient identifiées et considérées comme des priorités.
 
Cette année, la Journée mondiale du lavage des mains appelle les pays à se mettre à planifier l'avenir, tout en continuant à répondre plus fermement à la COVID-19 et en accélérant leurs processus de récupération complète. C'est une mesure qui les rendra moins vulnérables aux nouvelles épidémies et qui les aidera à contrôler les maladies diarrhéiques et respiratoires auxquelles ils sont actuellement confrontés.
 

Commenter cet article