Côte d’Ivoire : Les journalistes pour une élection présidentielle apaisée

Publié le par Kamagaté Issouf

Côte d’Ivoire : Les journalistes pour une élection présidentielle apaisée

Environ 200 journalistes (rédacteurs en chef, secrétaires  généraux de rédactions, les journalistes web, correspondants de presse) se sont engagés à offrir aux lecteurs des contenus  de presse  reflétant l’éthique et la déontologie  du métier en prenant en compte le respect, l’équilibre, l’honnêteté, l’indépendance, le rôle citoyen. Pour ce faire,  autour du thème « responsabilité du journaliste et du correspondant régional face au défi des élections apaisées en 2020 », ils se sont réunis, à Grand-Bassam  et Yamoussoukro ,  sous la conduite du Ministère de la Communication et des Médias à travers le Fonds de soutien et de développement de la presse (Fsdp), en partenariat avec le Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (Gepci), pour dire non aux troubles pendant les élections, surtout qu’ils sont les premiers relais des messages des hommes politiques.

« La responsabilité des journalistes et des médias dans la crise que vit le pays est trop souvent mise en exergue et condamnée. En remontant plus en arrière dans le temps, l’on note que les différents accords de paix sur la crise ivoirienne contiennent pour la plupart des interpellations fortes des journalistes…Près de deux décennies plus tard, ces constats demeurent. Les journalistes et les médias ivoiriens commettent encore aujourd’hui les mêmes fautes éthiques et déontologiques,  qui es même dérives anti-professionnelles », expliquent dans les termes de référence les initiateurs du renforcement des capacités qui duré trois jours.

Les participants à ces séances de formation ont revisité, avec les formateurs (Agnès Kraidy, Samba Koné, Eugène Kadet, Ousmane Sy Savané, Abdoulaye Villard Sanogo) plusieurs thématiques  notamment la maîtrise des différents genres journalistiques fréquemment utilisés en période électorale ; la vulgarisation de la charte du Gepci pour les élections apaisées en 2020 ; l’éthique, la déontologie et la gestion éditoriale en période électorale.

Le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré,  a exhorté les journalistes  au bon ton, tout en diffusant des informations objectives et constructives. « Ne vous laissez pas intimider et évitez de faire l'objet de menaces », a-t-il conseillé.

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article