Les investisseurs allemands ont un avenir prometteur dans une Afrique post-Covid 19

Publié le par Rédaction

Les investisseurs allemands ont un avenir prometteur dans une Afrique post-Covid 19

Jeudi prochain, le Germany-Africa Business Forum (Gabf) organise un webinaire exclusif pour encourager de nouveaux accords entre les acteurs publics et privés de l'énergie allemands et africains. C'est une initiative extrêmement opportune. Le Covid-19 a accéléré plusieurs tendances et dynamiques majeures au sein du secteur énergétique africain, qui devraient augmenter considérablement la demande de capital et de technologie allemands sur le continent.

L’énergie a été identifiée par la plupart des gouvernements et institutions financières africains comme un secteur clé capable d’appuyer la reprise économique de l’Afrique après le Covid-19. En parallèle, les tendances mondiales vers une transition énergétique plus propre s'accélèrent, et l'Afrique n’en est pas épargnée. La reprise du continent à partir de 2021 offre une excellente opportunité aux entreprises et technologies allemandes de lutter contre la pauvreté énergétique en Afrique et de soutenir la monétisation et la valorisation du gaz naturel du Mozambique au Sénégal, au Nigeria, en Guinée équatoriale et en Tanzanie.

« La Chambre africaine de l’énergie appelle l’Allemagne à travailler avec les entreprises africaines pour réduire les émissions de carbone et soutenir la voie de l’Afrique vers un avenir net zéro. Du torchage du gaz au gas-to-power et aux technologies propres, l'Allemagne dispose du capital et de la technologie dont l'Afrique a besoin pour construire un avenir énergétique inclusif et durable », a déclaré Nj Ayuk, président de la Chambre africaine de l'énergie.

En s'engageant non seulement avec les gouvernements africains, mais aussi avec les entrepreneurs et les entreprises privées du continent, les parties prenantes allemandes peuvent structurer les accords qui garantiront un avenir fructueux à la coopération énergétique germano-africaine. Le savoir-faire technique et la technologie allemands sont de plus en plus pris en compte lorsqu'il s'agit d'évaluer les risques et opportunités liés au changement climatique dans la planification des activités et de soutenir les politiques publiques de décarbonisation.

L’appétit de l’Allemagne pour l’Afrique s’est déjà traduit par des projets et des accords historiques sur tout le continent. En Afrique de l’Ouest, Siemens aide actuellement le Nigéria à augmenter sa capacité électrique à 25 GW dans le cadre de la Presidential Power Initiative. Parallèlement, Voith Hydro et la Commerzbank ont ​​récemment rejoint le projet hydroélectrique angolais de Caculo-Cabaça pour aider Cggc à terminer la centrale électrique de 2172 MW d'ici 2024. Un nombre croissant de PME allemandes sont également impliquées dans des projets phares de gaz et d'électricité, notamment le terminal de réception de GNL d'Akinokien en Guinée équatoriale.

« Nous devons favoriser un dialogue franc et constructif avec un large éventail de parties prenantes allemandes et africaines sur les investissements, la précarité énergétique, la création d'un environnement propice aux entreprises privées et la mise en œuvre de politiques de libre marché qui profitent aux pauvres et à la classe moyenne africaine émergente », a conclu Nj Ayuk.

Commenter cet article