Pour l’ambassadeur Gilles Huberson le C2D est la colonne vertébrale du partenariat entre la Côte d’Ivoire et la France

Publié le par Kamagaté Issouf

Pour l’ambassadeur Gilles Huberson le C2D est la colonne vertébrale du partenariat entre la Côte d’Ivoire et la France

Sur 1151,25 milliards Fcfa comprenant les deux Contrats de désendettement et de développement (C2D), l’Etat Ivoirien a pu rembourser 1077,41 milliards Fcfa. En attendant la couverture totale avec les 29 projets engagés, le gouvernement ivoirien et la France projettent la signature du troisième C2d, évalué à  751,07 milliards Fcfa, soit 1,125 milliard d’euros. Une ambition affichée le lundi 6 juillet, au cours d’une rencontre entre les différentes parties prenantes, à la Primature.

Le C2d est un mécanisme de refinancement par dons des échéances de dettes dues à la France, mis en place suite à l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative des Pays pauvres très endettés (Ppte).

Le C2d demeure « la colonne vertébrale du partenariat franco-ivoirien, fort des huit ans d’existence et de deux (C2d) successifs, avec 1 151 milliards Fcfa », a indiqué l’ambassadeur de la France en Côte d’Ivoire, Gilles Huberson, qui n’a pas caché sa joie de voir que la plupart des projets ont été réalisés même si quelques uns sont encore dans le pipeline.

Représentant le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly a signifié que la mission d’instruction du 3e C2D devra mettre en cohérence les axes stratégiques avec le Programme national de développement (PND 2021-2025), les échéanciers de ce nouveau contrat et les enveloppes budgétaires sectorielles. Comme projets prioritaires, il annonce la sécurité, l’éducation-formation et l’emploi, la technologie, le transport avec la ligne 1 du métro d’Abidjan et la résilience climatique. Des projets, selon lui, liés aux défis socio-économiques actuels du pays.

La Coordonnatrice du Secrétariat technique du C2d, Léa Diaté a fait savoir que Le montant total engagé pour les deux C2d, qui couvre 7 secteurs,  s’élève à 1151, 25 milliards Fcfa, dont 413,25 milliards Fcfa (1er C2d-2012-2015) et 738 milliards Fcfa (2e C2d-2014-2020). Ajoutant  que l’Etat devrait aussi couvrir le reliquat de 73,8 milliards Fcfa, contenu dans la mesure de moratoire de la dette publique extérieur, décidée par le Club de Paris, sous l’impulsion de la France».

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article