Production animale : 20% des pertes sont causées par les maladies en Côte d'Ivoire

Publié le par Kamagaté Issouf

Production animale : 20% des pertes sont causées par les maladies en Côte d'Ivoire

La production nationale des  ressources animales  qui couvrait 57% des besoins a chuté à 44%. Si la crise a été pour beaucoup dans cette baisse  il est important d’évoquer les maladies animales. Qui ont causé 20% des pertes de la production animale, a déploré le ministre ivoirien des Ressources animales et Halieutiques, Moussa Dosso. C’est dans cette dynamique qu’il a  lancé, ce mercredi 147 juin, la campagne de vaccination obligatoire contre les maladies animales en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao).

Pour le ministre Moussa Dosso, l’importance de la vaccination des animaux contre les maladies animales n’est plus à démontrer. Car, des symptômes comme Charbon bactéridien, Ppcb, Ppr, Dncb, Rage, Pasteurellose, Charbon symptomatique, maladie de Newcastle et autres occasionnent chaque année des pertes énormes. Dont 1,45 à 2,1 milliards de dollars au niveau de la Pestes des petits ruminants  (Ppr). Donc une bonne santé du cheptel  contribuera à accroitre le Pib dans ce secteur qui pèse  2%  dans l’économie ivoirienne.«La lutte, contre ces pathologies animales qui sévissent de façon endémique avec des flambées épizootiques pendant les saisons pluvieuses pour la plupart, demeure toujours une préoccupation majeure de l’Etat de Côte d’Ivoire malgré les difficultés financières du moment », affirme Moussa Dosso

C’est plus d’un million de bovin et 700.000 petits ruminants qui sont concernés par ces vaccinations sur tout le territoire national avec un soutien financier de 28 millions de la Fao. Pour le représentant résident de cette institution en Côte d’Ivoire, Samy Gaiji, 61% des agents pathogènes pour l’homme nous vient des animaux et 75 % de l’ensemble des germes pathogènes émergents actuels sont dans cette catégorie, citant de ce fait la maladie à Covid-19 qui cristalise de puis des mois le monde entier.

En outre, «à travers le Programme de Sécurité sanitaire mondiale, le centre des urgences pour la lutte contre les maladies transfrontalières  (Ectad) de la Fao, ce sont environ 360 millions Fcfa qui ont été investis dans la formation, les équipements, les consommables et réactifs de laboratoire pour soutenir les efforts de la Côte d’Ivoire dans l’amélioration de ses capacités à prévenir, détecter de manière précoce et riposter rapidement face aux dangers qui menacent la santé et le bien-être des humains, des animaux et du cadre de vie », a soutenu le représentant de la Fao.

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article