Côte d’Ivoire : "Des loups et louves de la finance ivoirienne" au service de la jeune génération

Publié le

Côte d’Ivoire : "Des loups et louves de la finance ivoirienne"  au service de la jeune génération

« Des décisions de carrières peuvent être prises sur la base de connaissances et d’aptitudes annexes », a indiqué la directrice générale de Uba Côte d’Ivoire, Sarata Koné Thiam, qui intervenait, ce weekend lors d’une discussion virtuelle autour du thème « Parcours des loups et louves de la finance ivoirienne », dans le  de la 3eme conférence de motivation de la jeunesse dénommée Excelle Live.

Outre la directrice générale d’Uba Côte d’ Ivoire, deux autres acteurs majeurs de la finance  en Côte d’Ivoire étaient membre du panel constitué pour l’occasion : M. Stanislas Zéé, Pdg de Bloomfield et M. Hubert Hourizene, directeur Associé de Amec Africa.

Pour cette rencontre dont l’objectif est de donner  des repères à la jeunesse à travers des valeurs comme la motivation, la persévérance, notamment dans le domaine de la Finance,   Sarata Koné Thiam affirme que bien que la formation soit utile et nécessaire pour toute personne aspirant à un emploi, elle peut parfois être contraire au poste qu’on pourrait occuper sur le marché du travail. Pendant ses 22 ans de carrières dans la finance, elle note cependant que les choses n’ont pas été de tout repis. Car, après sa formation en Sciences économiques, elle devrait s’adapter à l’univers de la finance, ce qui lui a valu d’autres formations personnes pour exceller sur le marché financier. Mais, « L'anglais a été déterminant dans mon métier et m'a aidée à décrocher certains postes » reconnait-elle.

À la question de savoir comment sa fonction lui permet d’impacter positivement la vie des autres, la Dg  d’UBA Côte d’Ivoire a indiqué que l’établissement qu’elle dirige s’attèle au quotidien à soutenir les acteurs économiques, notamment le secteur public et privé, ainsi que les particuliers.« Notre objectif, c’est de comprendre les besoins des acteurs économiques et de développer des solutions pour y répondre », déclare-t-elle.

Le président directeur général de Bloomfield Investment Corporation,a pour sa part insisté sur la rigueur dans le travail en plus des diplômes . Cette qualité, dit-il, lui a permis de travailler dans des institutions de renom : la Banque mondiale à Washington, en qualité de senior risk analyst, l’Institut international pour l'économie à Washington, en qualité de directeur de projet, la National bank of detroit à Ann Harbor, Michigan, en qualité de directeur de risques Pme et Pmi, la Banque africaine de développement en qualité de senior country credit officer et Shell oil product Africa comme directeur régional de risque crédit pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre.

"J'ai été auditeur, contrôleur de gestion, contrôleur comptable et financier, gestionnaire de fonds d'investissement et de la finance de développement…., il faut être cultivé pour être un bon financier…" ,estime Hubert Hourizene, expert en droits de propriété, la facilitation des infrastructures, la facilitation du commerce, l'application des contrats  et le développement des marchés financiers dans 24 pays africains.

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article