Caspar Peek (Unfpa):  "Il est pertinent positionner suffisamment les indicateurs du Swedd dans les plans nationaux de développement des pays"

Publié le

Caspar Peek (Unfpa):  "Il est pertinent positionner suffisamment les indicateurs du Swedd dans les plans nationaux de développement des pays"

100 participants, dont 36 issus des institutions d’appuis techniques et financiers ont participé pendant 3 jours à un Atelier de réflexion stratégique et de la Phase 2 du projet Régional d´autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel(Swedd). Cette nouvelle phase, qui consistait à dégager les axes stratégiques du Swedd 2, démarre avec l’entre de deux nouveaux pays, le Cameroun et la Guinée.

 

Au cours de cette rencontre qui a été meublée par la présentation du bilan, l’exposé d’éclairage et la présentation des projets du swedd dans chaque pays ainsi que le focus sur les adolescents, Babacar Fall, consultant pour le compte de Fonds des Nations Unies pour la population (Unfpa) a indiqué : « Au cours de ces trois jours nous avons identifié tous les programmes complémentaires en relation avec la question d’autonomisation, la santé l’entrepreneuriat. Des axes prioritaires ont été dégagés en se basant sur le principe de la consolidation et de l’innovation. Nous sommes arrivés à des ébauches de programme pour chacun des 9 pays. Qui est subdivisé en trois domaines et  concourent à accompagner les jeunes filles, c'est-à-dire de la vulnérabilité à l’autonomisation ».

 

Pour Caspar Peek, représentant résident de l’Unfpa Côte d’Ivoire, pour une réussite de cette mission d’autonomisation, « nous devons intensifier nos efforts pour  toucher un plus grand nombre de  bénéficiaires du projet que sont les filles et les femmes et également documenter, partager et disséminer les bonnes pratiques de nos initiatives. C’est pourquoi, il est pertinent de positionner suffisamment les indicateurs du Swedd dans les plans nationaux de développement des pays… »

 

A sa suite, le directeur de cabinet du ministre de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la Lutte contre la Pauvreté de Côte d’Ivoire,  Bamba Abdoulaye, dira que sans le dividende démographique et l’autonomisation de la femme, il ne peut y avoir de développement durable. Reconnaissant le succès de la phase 1 du projet Swedd, il a remercié les parteanires et les parties prenantes pour la poursuite du Swedd 2 ira jusqu’en 2023.

 

Il faut dire qu’avec l’appui financier de la Banque mondiale et l'appui technique conjoint du Unfpa et de l’Organisation ouest-africaine de la Santé pour une durée initiale de quatre ans, les pays membres du Swedd ont fait des progrès substantiels. Malgré la diversité de leurs besoins, les pays ont apprécié le modèle d’assistance technique mis en place et coordonné par l’Unfpa.

 

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article