Commerce intra-africain : un organisme de garantie des risques à l'exportation renforcera le rôle de l'Égypte en tant que plaque tournante, estime Afreximbank

Publié le

Commerce intra-africain : un organisme de garantie des risques à l'exportation renforcera le rôle de l'Égypte en tant que plaque tournante, estime Afreximbank

La décision prise par l'Égypte de créer une société de garantie des risques à l'exportation renforcera considérablement le rôle du pays en tant que plaque tournante du commerce intra-africain et lui permettra de jouer un rôle clé dans la mise en œuvre de l'accord sur la zone de libre-échange continentale en Afrique, a déclaré Pr Benedict Oramah, président de la Banque africaine d'import-export (Afreximbank).

Se félicitant de l'annonce par le Conseil d'administration de la Banque centrale d'Égypte (Cbe) de la création d'une société de garantie des risques de crédit à l'exportation doté d'un capital de 600 millions de dollars, le professeur Oramah a déclaré que cette société permettrait à l'Egypte de prendre avantage des nombreuses possibilités prometteuses pour le commerce entre ce pays et d’autres pays africains.

Il a ajouté que la société complèterait grandement les offres de services d’Afreximbank favorisant le commerce entre l’Égypte et l’Afrique en créant davantage de capacités, notant que la Banque avait fourni une aide globale d’environ 7,5 milliards de dollars pour soutenir le commerce et le financement de contrats entre l’Égypte et l’Afrique ces dernières années.

"Afreximbank partagera les risques avec la société de garantie des crédits à l'exportation et financera les projets couverts par la société si nécessaire", a déclaré le président, qui a ensuite félicité le gouverneur de CBE, Tarek Amer, et le conseil d'administration de CBE pour leur initiative dans la création de la société.

La création de la société fait suite à une étude approfondie menée par la Banque centrale en partenariat avec Afreximbank, qui a révélé que le manque de services financiers requis, le manque d'informations, les niveaux de risque élevés et le coût élevé du financement gênaient les investisseurs et les banques. de tirer parti des possibilités d’échanges commerciaux entre l’Égypte et d’autres pays africains.

L'étude a également souligné que, compte tenu de son potentiel économique, de sa situation géographique et de ses relations étroites avec d'autres pays africains, l'Égypte avait la capacité de soutenir le commerce africain si les entités bancaires et les instruments de soutien nécessaires étaient disponibles.

Le conseil d'administration de la Banque centrale a ensuite approuvé, en juin 2019, la nomination d'un bureau technique désigné par Afreximbank pour œuvrer à la création de la société.

La nouvelle société apportera un soutien stratégique aux services industriels et d’exportation égyptiens vers le reste de l’Afrique et aidera les entreprises égyptiennes en les aidant à remporter des marchés pour des projets majeurs avec des gouvernements africains, d’une valeur estimée à 60 milliards de dollars par an.
 

Commenter cet article