Zone de libre échange continentale : Afreximbank  soutient le Nigeria à hauteur de 500 millions de dollars

Publié le

Zone de libre échange continentale : Afreximbank  soutient le Nigeria à hauteur de 500 millions de dollars

Dans l’optique d’aider le Nigeria, notamment les fabricants à tirer profit des opportunités de la Zone de libre échange continentale (Zlec), la Banque africaine d’export-import (Afreximbank) allouera 500 millions de dollars de son programme de promotion du commerce et des investissements entre le Nigéria et l’Afrique. C’est ce qu’a annoncé, il ya quelques jours à Lagos  Pr Benedict Oramah,  président d’Afreximbank.

Le professeur Oramah, qui était l'invité d'honneur lors de la conférence annuelle et du déjeuner présidentiel organisé mardi dans le cadre de la 47e assemblée générale annuelle de l'Association des fabricants du Nigéria (Man), a déclaré que ce programme aiderait les fabricants nigérians à développer leurs échanges commerciaux. Cela les aiderait également à s'adapter aux difficultés éventuelles liées à la mise en œuvre de l'accord. Ajoutant que les responsables d'Afreximbank rencontreraient des représentants de Man pour définir les modalités de mise en œuvre et les conditions du système.

Selon le président d’Afreximbank, les possibilités offertes aux fabricants africains par la Zlec sont phénoménales et que le commerce intrarégional de produits manufacturés pourrait atteindre plus de 150 milliards de dollars d'ici 2022 du fait de l'entrée en vigueur de l'accord.

D'ici 2022, la Zlec devrait porter la part du commerce intra-africain d'environ 16% à 22% actuellement, portant le total des échanges intra-africains à environ 250 milliards de dollars, contre 160 milliards environ, a-t-il ajouté.

Mieux, l'entrée en vigueur de la Zlec ouvre le marché africain aux producteurs nigérians, créant ainsi un marché de 1,2 milliard de personnes et un PIB combiné d'environ 2,5 milliards de dollars. Les préférences offertes par cet instrument d’intégration régionale peuvent rendre les produits manufacturés nigérians plus compétitifs sur de nombreux marchés africains et peuvent également permettre une intégration dans les chaînes d'approvisionnement régionales et mondiales.

M. Oramah a recommandé au Nigéria de donner la priorité à la fabrication légère à forte intensité de main-d’œuvre dans sa politique industrielle afin de permettre aux fabricants et à d’autres personnes de commencer à comprendre que la ressource la plus abondante du pays est sa main-d’œuvre. Les industries lourdes promues par le secteur privé devraient être soutenues dans le cadre d'un arrangement spécial visant la production de matières premières industrielles essentielles, telles que la pétrochimie, les machines-outils, le ciment, l'acier, a-t-il ajouté.

Il a informé l'auditoire des différentes installations mises à la disposition des fabricants africains par Afreximbank dans le cadre de ses stratégies en matière d'industrialisation et de développement des exportations et de commerce intra-africain. Celles-ci comprenaient le programme de développement des exportations, qui était proposé aux fabricants exportateurs; le mécanisme de financement de l'investissement intra-africain, qui soutient les investissements transfrontaliers en Afrique; le mécanisme de garantie des investissements intra-africains; une série de facilités dans le cadre du programme de financement du commerce; le mécanisme de financement des franchises; et le programme de garantie couvrant un éventail de scénarios.

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article