Producteurs de  banane ACP : L'UE ruine l'espoir de l’appel d’Abidjan

Publié le par Kamagaté Issouf

Producteurs de  banane ACP : L'UE ruine l'espoir de l’appel d’Abidjan

Dans l’optique de travailler en synergie pour l’élaboration d’un programme commun de défense de leurs intérêts auprès des décideurs européens et à la promotion d’une agriculture durable et responsable, créatrice d’emplois d’avenir, l’union des producteurs des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Acp) de bananes de bananes devront faire  face à une nouvelle difficulté. Le soutien financier de l’Union européenne (Ue) à la filière banane en Afrique, dans le cadre des accords Ue-Acp ne sera pas reconduit après 2019. C’est la déclaration faite par Jobst von Kirchmann, le représentant de l’UE en Côte d’Ivoire, lors du séminaire des producteurs Acp de bananes, organisé du 18 au 20 septembre à Abidjan, par Afruibana, qui est une association panafricaine de producteurs et d’exportateurs de fruits africains.

Cette rencontre qualifiée de « La rencontre d’Abidjan » devait permettre aux acteurs de travailler ensemble pour leurs intérêts communs sur le marché européen de la banane et la défense d’une vision commune pour une agriculture responsable et durable, au regard la concurrence latino-américaine. Mais, l’intervention de l’émissaire de l’Union européenne va encore enfoncer le clou.

« Le comportement des consommateurs dans l'Union européenne a changé : l'accent est mis aujourd'hui sur les aspects sociaux, l'environnement et la santé. Ce changement de comportement s'est traduit par une pression sur les institutions européennes à laquelle elles ne peuvent se soustraire », a indiqué Jobst  von  Kirchmann.

Face à cette situation, des producteurs  s’inquiètent pour la part des exportations. D’autant plus que la Côte d’Ivoire, le Cameroun et le Ghana  (trois grands producteurs) exportent  80%  de leur production vers l’Europe. « Aujourd’hui, l’Union Européenne est le principal partenaire commercial de l’Afrique, et représente 30% de ses échanges commerciaux. Cela lui donne une responsabilité importante comme partenaire du développement du continent africain. L’agriculture est un secteur d’avenir en Afrique, qui doit être une priorité pour l’investissement sur le continent », avait indiqué M. Joseph Owona Kono , président d’Afruibana .

Pour lui, à travers  la filière banane africaine, qui représente près de 60 000 emplois directs et indirects, Afruibana mène ainsi le combat de toute l’Afrique pour une agriculture plus compétitive. économique et sociale. »

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article