Corridor Abidjan Lagos : Afreximbank annonce une subvention à la CEA pour la collecte de données sur le commerce informel

Publié le

Corridor Abidjan Lagos : Afreximbank annonce une subvention à la CEA pour la collecte de données sur le commerce informel

La Banque africaine d’importation à l’importation (Afreximbank) a annoncé  le samedi 6 juillet, à Niamey (Niger), une subvention à la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (Cea) afin de mener un projet pilote d’un an, visant à collecter des données sur le commerce transfrontalier informel le long du corridor Abidjan-Lagos, a appris Le Kiosque de l'Eco.
 

La collecte de données devrait commencer en septembre et durer quatre mois afin de tenir compte des tendances et des fluctuations saisonnières. Les résultats finaux du projet seront lancés au début de 2020 et comprendront un rapport détaillé détaillant l’ampleur, les caractéristiques et les défis du commerce transfrontalier informel le long du corridor et un manuel harmonisé de collecte de données sur le commerce transfrontalier informel pour la région de la Cedeao afin d’alimenter le commerce informel régional dans la sous-région.

La subvention, qui s'inscrit dans les efforts d'Afreximbank visant à promouvoir le commerce intra-africain et à soutenir la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), a été annoncée lors d'un forum relatif à la Zlecaf , en marge au Sommet des chefs d’État de l’Union africaine, marqué par l’entré en vigueur dudit traité.

Il faut rappeller que la  subvention avait été signée au Caire (Egypte) le 24 juin par Kanayo Awani, directeur général de l’Initiative de commerce intra-africain d’Afreximbank, et par Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la Cea.

Lors de la cérémonie d'annonce de la subvention, Mme Awani a indiqué que "le corridor Abidjan-Lagos relie les principaux centres urbains de cinq pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (Cedeao), à savoir le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Ghana, le Nigeria et le Togo. Ajoutant que le commerce transfrontalier informel pourrait jouer un rôle clé dans la réalisation des objectifs de transformation structurelle et de réduction de la pauvreté énoncés dans l'Agenda 2063 de l'UA".

Pour Afreximbank, l'économie informelle employait la majorité des Africains et une grande partie des personnes travaillant dans cette économie fonctionnaient en tant que négociants informels. Cependant, les statistiques officielles du commerce ne couvraient généralement que le commerce formel, contribuant ainsi à un manque de reconnaissance des enjeux économiques importants du commerce transfrontalier informel. «En l'absence de possibilités formelles suffisantes, le commerce transfrontalier informel est essentiel pour résoudre des problèmes  de création d'emplois et de sécurité alimentaire et énergétique, en particulier pour les populations les plus vulnérables de l'Afrique, telles que les femmes et les jeunes, qui constituent généralement la majorité des personnes informelles.», a fait savoir Kanayo Awani.

David Luke, coordinateur du Centre de la politique commerciale africaine de la Cea, a déclaré que le projet s'appuierait sur la méthodologie Icbt en Afrique de l'Est, qui constitue actuellement la meilleure pratique sur le continent. Cela contribuerait, selon lui,  à assurer l'harmonisation et la comparabilité à travers l'Afrique. Avant d’expliquer qu'un outil Android avait été développé pour la collecte de données rentable et efficace.

 

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article