Vera Songwe- CEA: "l’Afrique représente 2,2% du commerce mondial"

Publié le par Kamagaté Issouf

Vera Songwe- CEA: "l’Afrique représente 2,2% du commerce mondial"

La représentante de la Commission économique de l’Union africaine, Vera Songwwe pense que la montée en puissance de la croissance en Afrique, qui a légèrement baissé ces dernières années, s’apparente à celle de la Russie. Recommandant de ce fait un partage d'expérience de part et d'autres.

En effet, soutient Mme Songwe, la Russie a connu une croissance remarquable entre 2006-2007, de l’ordre de 6 à 7%. Une performance réalisée également par les économies africaines au cours de ces cinq dernières années. Mais la chute des cours des Matières premières a malheureusement estompé cette croissance, qui se relève néanmoins de  cette baisse. « L’Afrique a repris sa croissance », dira-t-elle. Mais l’un des constats : L’Afrique reste moins tributaire des matières premières. Et l’une des difficultés, la population du continent sera la deuxième la plus élevée du monde en 2030. Des situations qui pourraient freiner la réduction de la pauvreté en Afrique.

Selon elle, l’accord de la zone de libre-échange n’est pas une « panacée », plutôt une des solutions pour le développement, en augmentant le volume des échanges commerciaux et favoriser la création d’emploi.

Comme les différents intervenants, Vera Songwe a aussi mis en évidence des investissements dans les infrastructures sur le continent. Pour ce faire, elle souhaite que  la coopération avec la Russie soit intensifiée afin de permettre aux pays subsahariens de bénéficier de l’expertise Russe. Car, « le commerce intra-africain est très faible, nous n’avons pas pu diversifier notre économie…Nous pensons qu’avec la  Zlecaf beaucoup de contraintes seront levées », souligne-t-elle.

« L’Afrique représente 2,2% du commerce mondial », a déploré la représentante de la Commission économique africaine, avant d’ajouter : « le continent est à la traîne en matière de diversification de l’exportation et la qualité même de nos exportations laissent à désirer ».Elle a toutefois invité les dirigeants africains à ne pas se focaliser entièrement sur l’exportation des matières premières, mais voir comment les transformer sur place  pour une value.

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Envoyé spécial à Moscou (Russie)

 

Commenter cet article