Commerce : Quelle ZLECAF  sans le Nigeria ?

Publié le par Kamagaté Issouf

Commerce : Quelle ZLECAF  sans le Nigeria ?

Après l'accord signé le 21 mars 2018 à Kigali (Rwanda) par 44 pays membres de l'Union africaine (Ua), pour  la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), le seuil minimum requis pour la ratification (22) a été obtenu  le mois d’Avril, grâce à la Gambie qui a été le 22e pays s’y inviter.

Cet accord de la  zone de libre échange  qui devrait permettre  la création de 300 000 emplois directs et plus de 2 millions d'emplois indirects, Pourrait-t-il se faire sans le Nigeria, l’un des grands marchés de consommation en Afrique, qui couvre presque les 3/4 du marché de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) ? Même si le Commissaire pour le Commerce et l’Industrie de l’Union africaine, Albert Muchanga ne semble pas être inquiété par l’absence de cet géant d’Afrique de l’ouest,  la prévision de porter à 15%  le commerce intracontinental est à prendre avec des réserves.  

En attendant la mise en vigueur de la Zlecaf en juillet prochain, en marge d'un Sommet extraordinaire prévu à Niamey (Niger), le pays le plus peuplé d’Afrique n’a pas encore donné son accord de principe, bien qu’il ait pris part aux négociations finales en vue de sa ratification. Les autorités nigérianes avaient mis en avant la position du peuple avant d’envisager ou non son adhésion. Par contre l’ex Président de la République fédérale du Nigeria, Olusegun Obasanjo a quant lui déploré l’attitude du gouvernement de son pays. Pour lui, il est temps de s’attaquer aux problèmes qui entravent le commerce intra africain, raison de son approbation à cet accord.

Dans cette dynamique, Obasanjo est soutenu par le président de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), Dr Benedict Oramah. Ce dernier soutient que  la Zlecaf accélérera l'intégration des marchés africains et encouragera les chaînes de valeur régionales. Tout en favorisant un 'avantage comparatif dynamique en Afrique pour certains types de biens et stimulera l'emploi.

Commenter cet article