Côte d’Ivoire : "L’Etat débourse 126 milliards FCFA par an pour le déblocage de l’avancement indiciaire", révèle le  Premier ministre Amadou Gon Coulibaly

Publié le par Kamagaté Issouf

Côte d’Ivoire : "L’Etat débourse 126 milliards FCFA par an pour le déblocage de l’avancement indiciaire", révèle le  Premier ministre Amadou Gon Coulibaly

Le chef du gouvernement ivoirien, Amadou Gon Coulibaly était face à la presse, ce jeudi 21 mars, au  moment où les enseignants du supérieur  et  du secondaire public sont en proie à des contestations, qui pénalisent des milliers d’élèves et d’étudiants.

Dans son message, Amadou Gon Coulibaly rassuré les Ivoirien sur la détermination du gouvernement à œuvrer  pour la stabilité durable de notre nation. Expliquant que  où le taux de croissance annuelle de la Côte d'Ivoire 2012 à 2018 est de 8.6% contre 0,8% de 2000 à 2010. Ajouté à un taux de pauvreté qui est passé de 52% à moins de 46%.

Le Premier ministre Ivoirien retient que des efforts ont été faits dans l’amélioration des conditions de vie des populations, en témoigne Le Pib par habitant qui est passé de de 560 300 CFA à 747 200 CFA, soit une augmentation de 33%.

Mais, selon lui, « Sept années de croissance soutenue ne permettent pas d’effacer le lourd passif social laissé par plusieurs années de crise, les attentes des populations restent encore nombreuses ».

En ce qui concerne les mouvements récurrents de grève des fonctionnaires, Amadou Gon Coulibaly a rassuré en ces termes : «Depuis 2013, des efforts extrêmement importants ont été faits par le Gouvernement de Côte d'Ivoire en ce qui concerne les fonctionnaires. L’Etat débourse 126 milliards Fcfa par an pour le déblocage de l’avancement indiciaire »

Quant aux enseignants il a indiqué que l’Etat a signé une trêve sociale, qui interdisait les grèves jusqu'en 2050. « En 2018, 29 milliards Fcfa ont été versés pour ce qui concerne le stock des arriérés. Les discussions sont en cours et les choses sont en train de se dénouer, car nous constatons que les cours reprennent progressivement. Nous allons nous entendre: il n'y aura pas d'année blanche », a-t-il poursuivi.

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article