Côte d’Ivoire : Un proche de Soro Guillaume  poursuivi pour "divulgation de nouvelles fausses"

Publié le par Kamagaté Issouf

Côte d’Ivoire : Un proche de Soro Guillaume  poursuivi pour "divulgation de nouvelles fausses"

Le procureur de la République, Adou Richard, a instruit le vendredi 11 janvier, la section recherche de la Gendarmerie nationale pour rechercher et appréhender Alain Lobognon. Afin qu’il soit  « conduit devant le parquet pour être poursuivi contre la procédure de flagrant délit des faits de divulgation de nouvelles fausses et d’incitation à la violence ». C’était lors d’une conférence de presse à son cabinet, à Abidjan-Plateau.

Tout est parti de l’affaire du député,  Ehouo Jacques Gabriel, qui selon le procureur est inculpé pour des faits de détournement de fonds publics, faux et usage de faux et de blanchiment de capitaux, par madame le juge d’instruction du 5e cabinet. Un scandale financier de plus de 5 milliards Fcfa couvrant la période 2004-2017 est attribué à l’entreprise Négoce communication, appartenant Ehouo Jacques. Selon le plaignant (Yapi Jacques), maire intérimaire de la commune du Plateau avant les municipales de 2018, cette structure avait été commise pour prélever des taxes municipales de publicité de la commune du Plateau, selon une convention signée avec la municipalité.

 Mais, selon le procureur, « Ehouo Jacques a été laissé en liberté provisoire, parce qu’il ne pouvait pas faire l’objet d’arrestation sans autorisation du Bureau de l’Assemblée nationale conformément à l’article 92 alinéa 3 de la constitution». En effet, cette institution a décidé, le vendredi dans la matinée, de suspendre l’ensemble des poursuites contre leur collègue. Ce, dans l’optique de permettre à la représentation nationale d’être mieux informée sur ce dossier ».

Dans cette même affaire, Me Adou Richard affirme qu’Alain Lobognon, député proche de Soro Guillaume, a publié sur les réseaux sociaux l'information selon laquelle le parquet avait émis un mandat d’arrêt contre Ehouo Jacques. « Cette fausse nouvelle abondamment reprise par les internautes et plusieurs organes de presse en ligne a créé l’émoi et engendré des manifestations, des sit in et autres appels à la violence », déplore le procureur de la République. Dans la mesure où, selon lui, il avait « clairement indiqué, le 4 janvier 2019, que l’arrestation d’un parlementaire était proscrite hors session sans la levée de son immunité ». Donc, il a instruit la section recherche de la Gendarmerie nationale de rechercher Alain Lobognon, de l’appréhender et le conduire devant son parquet « pour être poursuivi contre la procédure de flagrant délit des faits de divulgation de nouvelles fausses et d’incitation à la violence».

Mais, le député de Fresco a réagi sur son compte twitter en ces termes : « Nous sommes tous des prisonniers en sursis. Le procureur de la République vient de me donner raison. J’irai sans contrainte. Les Ivoiriens doivent savoir que la défense des libertés citoyennes est un combat continu que j’ai débuté en 1994. Je n’ai pas peur ».

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article