Côte d’Ivoire : La mortalité maternelle enregistre 614 décès/100.000 naissances vivantes

Publié le par Kamagaté Issouf

Côte d’Ivoire : La mortalité maternelle enregistre 614 décès/100.000 naissances vivantes

Au dire de Kouakou Hyacinthe Andoh, directeur adjoint du Programme national de la santé de la mère et enfant, principal investigateur du Pma2020, malgré les efforts déployés par le gouvernement et les acteurs de la santé,  la mortalité maternelle en Cote d’Ivoire touche 614 femmes sur un nombre 100.000 naissances vivantes. Et dit-il, ce chiffre contribue à hauteur de 2% dans le taux de mortalité mondiale. C’était à l’ouverture d’un séminaire qui a ouvert ses portes, ce mardi 22 janvier, à Abidjan-Treichville, autour du thème : "Faire baisser les taux élevés de mortalité maternelle en Côte d’Ivoire grâce à un accès élargi aux services de santé'.

 Ainsi, face à ces chiffres alarmants  de la mortalité maternelle en Côte d’Ivoire- beaucoup élevés que ceux du Sénégal (484), Mali (368), Burkina Faso (330) et Niger (535)- la Population référence bureau (Prb), une Organisation non gouvernementale américaine veut aider à réduire le taux de mortalité maternelle en élargissant l’accès des populations aux services de santé. C’est dans cette optique qu’elle a organisé du mardi 22 au jeudi 24 janvier cet atelier, auquel prend part des journalistes de la  presse écrite et en ligne, des médias audio-visuels.

Intervenant autour du thème « la mortalité maternelle : "Les chiffres et au-delà des chiffres"  Dr Toh Zeregbe, chef de service, à la direction de Coordination du Programme national santé de la mère et de l'enfant (Pnsme) , a indiqué que chaque jours ce sont 16 femmes et 85 nouveaux nés qui meurent. Pour lui , on parle de mortalité maternelle lorsque tout décès survient au cours de la grossesse, de l’accouchement ou des 42 jours suivant la terminaison de la grossesse.

A travers cet atelier, Prb veut « assurer une large sensibilisation sur les bienfaits d’un large accès aux services de santé y compris ceux de la planification familiale »,par le canal des médias. Ce, afin que ceux-ci produisent davantage d’articles pour lutter contre la mortalité maternelle et qu’ils jouent le rôle de veille et d’alerte pour que les autorités et de la société civile respectent leur engagement.

M. Kouakou Hyacinthe Andoh, directeur adjoint du Programme national de la santé de la mère et enfant  principal investigateur du Performance Monitoring and Accountability 2020 (PMA2020) et Ban Yeboua, conseiller de direction au ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnelle, ont donné  les statistiques sur la mortalité maternelle, l’avortement, les grossesses en milieu scolaire. Mais, au niveau des grossesses en milieu scolaire, selon M. Yeboua, elles sont passées de 5076 cas en 2012-2013 à 3374 cas en 2017-2018 et la grande partie des auteurs de ces grossesses sont les élèves (411%), les enseignants (1,9%) et les autres corps de métier.

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com

Commenter cet article