Côte d’Ivoire : Les acteurs du transport invités au respect du code de la route en cette fin d’année 

Publié le par Kamagaté Issouf

Côte d’Ivoire : Les acteurs du transport invités au respect du code de la route en cette fin d’année 

95% des accidents en Côte d'Ivoire sont dus à des facteurs humains, selon les statistiques de l’Office de la sécurité routière (Oser). C’est pour cette raison que le directeur général du Haut conseil du patronat des entreprises de transport routier de Côte d’Ivoire, Ibrahim Diaby, invite l’ensemble des acteurs du transport à s’approprier le respect du code de la route. «La question des accidents sur nos routes est éminemment importante pour les transporteurs », a-t-il déclaré 



En effet, selon l’office, près de 10.000 accidents sont enregistrés chaque année à Abidjan. Et ces situations engendrent également 900 décès/an et  plus de 12.000 blessés. Des chiffres qui montrent les effets néfastes de la mauvaise conduite, notamment l’imprudence, la vitesse, le non respect des codes de bonnes conduites et l’inexpérience de certains conducteurs.

Devant la gravité des faits, le ministère des  Transports, a lancé le lundi 24 décembre une campagne nationale de sensibilisation pour la sécurité routière pendant la période des fêtes de fin d’année. « C’est vrai que la route tue beaucoup mais je voudrais me réjouir d’une chose, c’est qu’avec les sensibilisations qui sont faites par les responsables syndicaux, par les directions régionales des transports, par l’office national de la sécurité routière,nous avons constaté une baisse du taux de gravité des accidents de la circulation dus aux véhicules automobiles de 2017 à 2018 », a affirmé Amadou Koné, ministre des Transports, qui était accompagné du ministre l’équipement et de l’entretien routier Amédé Kouakou.

Pour Amadou Koné, letaux d’accident en Côte-d’Ivoire a progressé du fait des engins de deux roues qui ont plus fait d’accidents et tué. Donc «  En lançant cette caravane de sensibilisation, je voudrais m’adresser à tous nos frères et sœurs de l’intérieur du pays qui utilisent abondamment les engins de deux et trois roues , leur lancer un appel à la prudence et au respect des normes de sécurité. Cela se fait aussi à un moment que nous jugeons opportun d’échanger sur les questions de sécurité sur nos routes. Parce qu’un chauffeur qui meurt au travail est une mort de trop, un passager que vous transportez qui meurt sur la route, c’est une famille, une communauté et le pays qui est endeuillé », a-t-il soutenu.

 

issouf.kamagate@lekiosque-deleco.com
 

Commenter cet article