Côte d’Ivoire : Le projet du budget 2019 d’un montant de 7334,3 milliards FCFA adopté en commission

Publié le par Kamagaté Issouf

Côte d’Ivoire : Le projet du budget 2019 d’un montant de 7334,3 milliards FCFA adopté en commission

 
Le Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo, a présenté devant les députés membres des affaires économiques et financières de l’Assemblée nationale, le lundi 17 décembre, le projet de loi de Finance portant budget de l’Etat pour l’année 2019. La majorité les membres de cette commission ont donné quitus pour l’adoption de ce budget chiffré à 7334,3 milliards Fcfa, en hausse par rapport à celui de 2018 (6756,2 milliards Fcfa Fcfa).

Pour le ministre Moussa Sanogo, ce projet de budget 2019 s’équilibre en ressources et en charges. Et l’Etat prévoit des mobilisations de 1428.99 milliards Fcfa.
Selon le commissaire du gouvernement les dépenses du projet de budget 2019 reflètent les priorités du gouvernement traduites dans le Pnd 2016-2020, notamment le  renforcement de la qualité des institutions, l’accélération du développement du capital humain et du bien être social, l’accélération de la transformation structurelle de l’économie par l’industrialisation, le développement des infrastructures harmonieusement réparties sur le territoire national et la préservation de l’environnement enfin le renforcement de l’intégration régionale et de la coopération internationale.

Il a profité pour annoncer que les échéances prévues en 2019 au titre de la dette publique s’élèvent à 1821.44 milliards Fcfa. Et  concernent la dette intérieure ( 1062.35 milliards Fcfa) et la dette extérieure estimée à 759,09 milliards Fcfa de Fcfa.

Concernant la norme du ratio masse salariale de l’Uemoa, le ministre a fait cette révélation : «Je suis d’accord avec l’honorable pour dire que nous ne respectons pas la norme du ratio masse salariale de l’Uemoa de 35 %. Nous nous situons à 4 points au-dessus. Aujourd’hui, dans l’espace de l’Uemoa, il n’y a que deux pays qui respectent cette norme. Et, il y’a des discussions qui sont engagées pour savoir ce qu’ils mettent dans la masse salariale et qu’est ce qui est exclu qui leur permette d’arriver à ce niveau. C’est un défi de pouvoir respecter cette norme (…) C’est vrai que le budget est en partie financé par des partenaires extérieurs. C’est le cas des pays en voie de développement en particulier les pays africains. Mais il appartient au Gouvernement de travailler à réduire la part des ressources extérieures qui financent le budget ».
 

Commenter cet article