Accord de libre-échange : Olusegun Obasanjo invite le Nigeria à accélérer son adhésion

Publié le par Kamagaté Issouf

Accord de libre-échange : Olusegun Obasanjo invite le Nigeria à accélérer son adhésion

L’ancien président nigerian, Olusegun Obasanjo, a déploré que le Nigéria n’ait pas encore ratifié l’Accord de libre-échange continentale africaine (Afcfta) , bien que ce pays prend part aux négociations finales en vue de la ratification de cet accord.

"Je souhaite sincèrement que le Nigéria soit à la table avant l'entrée en vigueur de l’Afcfta" a indiqué M.Obasanjo. Avant d’ajouter : «J'ai contourné les pavillons (Iatf) et le pavillon nigérian était grand. Comment pouvez-vous parler de l'Iatf alors que vous ne faites pas partie de l’Afcfta? Vous ne pouvez pas vous absenter de ce qui est la voie à suivre pour le reste de l'Afrique ».

Il a par ailleurs a appelé hier au Caire (Egypte) tous les pays africains à assurer la ratification rapide de l'Accord de libre-échange continental africain (Afcfta) et à mettre en œuvre des politiques facilitant et soutenant le commerce intra-africain.

Le chef Obasanjo a décrit l’année 2018 comme l’une des années les plus significatives pour l’Afrique avec la signature de l’Afcfta à Kigali en mars et l’inauguration du premier Iatf ». Il a fait valoir qu'il était temps de dépasser les discours et de prendre des mesures concrètes pour s'attaquer aux problèmes entravant le commerce intra-africain.

Il a rejeté l'idée que l'Afrique manquait des ressources nécessaires pour financer son développement, affirmant: «Je pense que les ressources sont ici, en Afrique. C’est une question de savoir comment l’Afrique a accès aux ressources financières disponibles. L'argent est lâche - il ne va que là où il se sent en sécurité et recherché ».

Le chef Obasanjo a félicité Afreximbank pour son efficacité dans la réalisation du programme commercial intra-africain et a attribué ce succès à la culture de la continuité au sein de la Banque, où tous les anciens présidents ont continué de collaborer avec le président actuel et de l'aider à poursuivre le Commerce africain.

Commenter cet article